historique

L'origine du "Grand Chambard"

Chronologie des événements d'avant l'apocalypse
" Je ne sais pas comment on fera la Troisième Guerre mondiale, mais je sais comment on fera la quatrième : avec des bâtons et des pierres. "
Vers la fin des années 2010, le monde était une nouvelle fois au bord du chaos. L'horloge de l'apocalypse (Doomsday Clock), outil de sensibilisation conçu par le bulletin des scientifiques de l'atome, s'établissait à seulement 2 minutes de la fin du monde en octobre 2018 (C'est la trace imprimée la plus récente que j'ai pu découvrir), un record qui n'avait plus été atteint depuis la guerre froide. L'horloge était d'ailleurs la page la plus fréquentée de leur site Internet (https://thebulletin.org/doomsday-clock/).
On a perdu aujourd'hui les dates exactes du Grand Chambard mais l'enchaînement reste connu. La capitalisme contrôlait alors les 3/4 du globe mais il connaissait sa plus grave crise jamais vécue et avait un besoin vitale d'une guerre pour se relancer. Ses grands dirigeants n'étaient ni fous ni idiots et ils savaient bien qu'aucun gagnant de pouvait sortir d'une vraie guerre, comprendre une guerre nucléaire. Pour arriver à leurs fins ils avaient donc organisé la déstabilisation des pays situés au sud et à l'est de la Méditerranée. Cette déstabilisation avait ouvert en grand les vannes de l'immigration et une multitude de malheureux s'étaient précipités en Europe, obligeant les politiciens en place à faire un grand écart entre la sensation d'envahissement ressenti par une majorité de leurs électeurs et les ordres de favoriser la migration venus de leurs commanditaires qui disposaient de l'argent et des médias, ce qui leur permettait de faire et défaire les carrière politiques.
L'objectif secret de cette opération était la mise en place des germes nécessaires à l'éclatement d'une guerre civile en Europe. Mais des décennies de lobotomie par la télévision afin de rendre les électeurs de plus en plus dociles eurent alors un effet pervers, celui d'empêcher le mouvement de révolte qui devait initier la guerre civile tant attendue. Au lieu de ça, la majorité des gens se mis la tête dans le sable et la situation empira jusqu'à ce que les électeurs commencent à voter à reculons pour des mouvements populistes qui avaient été créé à l'origine par le système en tant que repoussoir permettant de donner une fausse impression de choix électoral. Quand ces partis arrivèrent au pouvoir dans différents pays d'Europe, le système 'démocratique' n'eut pas d'autres choix que de tomber le masque et de multiplier via le Parlement Européen des décrets ouvertement antidémocratiques et des pressions insupportables qui poussèrent littéralement certains états à demander la protection de la Russie.
Si on a souvenir que c'est une ènième agression d'Israël envers un de ses voisins arabes soutenu par la Russie qui enflamma le monde, la messe était dite depuis des années déjà. Le désintérêt du plus grand nombre pour la politique avait laissé trop de psychopathes faire ce qu'ils voulaient avec le pouvoir... C'est ainsi qu'un beau jour, on est passé en quelques heures de trois avions israéliens abattus à une capitale arabe détruite puis Tel-Aviv rayé de la carte pour finir par un chassé croisé nucléaire mondial. Aucun humain n'a jamais pris "LA" décision de lancer "la bombe", ni les juifs, ni les américains, ni les russes ni les chinois... Ce fut simplement la conséquence d'une suite de protocoles, d'alliances, de traités, d'automatismes et surtout de décisions collégiales trop rapides où plus personne n'était depuis longtemps "LE" responsable... Quand le feu nucléaire se calma, toute trace d'organisation étatique avait disparu. Les capitales et les centres industriels majeurs tout comme les villes abritant des intérêts stratégiques, administratifs ou économiques furent purement rayées de la carte en quelques heures alors que les zones rurales ne subissait finalement que peu de dégâts en direct.
Tout pouvoir central ayant disparu, les survivants se réorganisèrent comme ils le pouvaient, c'est à dire autour du plus fort ! Les hordes de pillards, les animaux sauvages et les vents radioactifs eurent vite fait de démontrer à tous qu'il allait être nécessaire pour survivre de se tenir les coudes entre voisins, de fortifier l'espace vital et surtout de tirer sur tout ce qui se présenterait à la porte (Bien sur, il y eut des groupes humains qui refusèrent de tomber dans la barbarie et qui ouvrirent leur porte à chaque désespéré qui se présentait.... Et inévitablement il arriva à chaque fois un jour où le désespéré était en fait un infiltré...).